mardi 2 mai 2017

La plume de Virginie Roels : une fiction politique actuelle pour l’accession au pouvoir

Virginie Roels
Paru aux éditions Stock
320 pages

Puisque je trouve que l’on ne parle assez politique en ce moment... je vous propose de rectifier cela avec le premier roman de Virginie Roels paru aux éditions Stock.
Une fiction électorale d’un réalisme puissant que vous aurez bien du mal à lâcher. 



A quelques jours du second tour, le président actuel Jean Debanel est au plus haut dans les sondages. La victoire face à son adversaire Cranchon ne fait aucun doute. Pourtant, lors du grand débat télévisé, tout va basculer pour Debanel lorsqu’il apercevra dans le public le jeune Julien Le Dantec. 
Qu’a-t-il bien pu se passer pour que le Président actuel perde les pédales et réduise sa carrière à néant devant la France entière ? Qui est ce Julien Le Dantec ? 
Chrystelle Knox, ex-journaliste pour un grand magazine TV, va s’intéresser à l’affaire et tenter de comprendre le lien entre ces deux hommes. Quelle question Le Dantec s’apprêtait-il à poser à Debanel pour qu’il disjoncte ? La jeune femme saisit l’opportunité pour mener l’enquête et tenter de se frayer une place dans le journalisme d’investigation.
Attention le jeu de manipulation démarre ici.

« Tout est possible. Vous verrez, les électeurs ont la mémoire courte. La dureté et l’intolérance ne les effarouchent plus bien longtemps. »

Les lieux, histoires, personnages et liens entre les différents acteurs ont beau être fictifs ils n’en restent pas moins extrêmement réalistes. Se dresse alors sous nos yeux une toile où s’entremêlent magouilles, pouvoirs, chantages subtils pour que chacun de ces hommes politiques arrivent à leur fin. Imaginez le tableau … Le pan de mur pourrait être rempli de photographies, de mémos et de ficelles reliant le tout à mesure que l’on avance dans la lecture de ce roman.
De la recherche de contacts, à la rencontre des collaborateurs (pourris) en passant par une fouille minutieuse du rôle des uns ou des autres, Virginie Roels, à l’aide de son héroïne, maîtrise à la perfection les étapes de l’investigation.

Attendez-vous à sentir des frissons parcourir votre échine en lisant La plume tant tout ce petit jeu politique est plausible, voire même existant au regard du contexte actuel. Car à travers cette enquête fictive Virginie Roels nous entraîne dans les méandres d’un monde répugnant, machiavélique où tout n’est que manipulation et ambition personnelle. Un univers au machisme débordant où la femme est reléguée au second plan lorsqu’elle n’est pas carrément prise pour écervelée ou fantasme sexuel. 

« La banlieue, ça vous parle, non ? Pauvre con, qu'est-ce qu'il croit ? Qu'en sortant du ministère j'enfile un jogging pour aller faire du rap dans une cave ? Après une maîtrise de sociologie politique, Sciences Po, les meetings, les réunions, le soir, le week-end, sept ans à taper ses courriers et accessoirement à faire ses courses, son ministre l'avait rabaissé d'un claquement de langue à un banlieusard lambda. Dégueulasse »

Mais l’auteure ne s’arrête pas là. Elle décrypte et une offre une réflexion très intéressante également sur l’influence des médias si importants dans le jeu politique et les opinions publiques. Rien d’étonnant lorsque l’on sait que Virginie Roels a longtemps été journaliste, on peut sans conteste imaginer qu’elle connaît les ficelles de ce métier qui cherche à tout prix l’audience. 

Si le fond est grave, Virginie Roels glisse néanmoins des pointes d’humour et de sarcasme dans ce monde si écœurant. Assurément, elle nous livre une excellente satire, pleine d’intelligence et extrêmement bien menée qui nous donne à réfléchir sur les coulisses de l’Etat et « nos » hommes politiques.
Je terminerai en citant Honoré de Balzac qui a dit un jour « Tout pouvoir est conspiration permanente »… En refermant La plume, rien ne vous semblera plus vrai.


Une lecture dans le cadre de la sélection des 68 premières fois comprenant : 

La téméraire de Marine Westphal
Nous, les passeurs de Marie Barraud
Les parapluies d'Erik Satie de Stéphanie Kalfon
Marx et la poupée de Maryam Madjidi
Presque ensemble de Marjorie Philibert
Ne parle pas aux inconnus de Sarah Reinflet
Outre-Mère de Dominique Costermans
Marguerite de Jacky Durand
La sonate oubliée de Christiana Moreau
Maestro de Cécile Balavoine
Mon ciel et ma terre de Aure Atika
Principe de suspension de Vanessa Bamberger

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire