mardi 12 juillet 2016

Le rendez-vous de Justine Lévy : la quête d’un amour maternel et d’un pardon à soi-même

Justine Lévy
Paru en poche aux éditions Pocket - 177 pages
Grand format chez Plon - 182 pages

Le rendez-vous de Justine Lévy est dans ma bibliothèque depuis mes années BTS soit plus de 5 ans, aïe le coup de vieux … Alors non bien sûr je n’ai pas fait semblant de le lire pour mes études, j’étais juste partie sur un autre ouvrage. Tout cela pour dire qu'il était plus que temps de découvrir le premier roman de cette jeune femme.


En quelques mots

On le sait, on ne choisit pas sa famille et ce roman en est la preuve. Bien que je ne sois pas certaine que Louise, l’héroïne, en voudrait d’une autre.

Louise a dix-huit ans et la vie devant elle. Elle attend sa mère Alice, qu’elle n’a pas vu depuis plus d’un an, à un café place de la Sorbonne. Mais visiblement celle-ci n’est pas décidée à pointer le bout de son nez, comme souvent d’ailleurs. Alors en attendant Louise va se remémorer son enfance, faire appel à sa mémoire pour remonter les souvenirs parfois douloureux de cette relation mère-fille. Puis elle songera, elle songera à ce qu’elle aimerait lui dire si Alice se décidait enfin à venir. Mais oserait-elle dire tout ce qu’elle n’a jamais réussi à lui dire étant enfant ? Est-elle prête à lui envoyer ses quatre vérités en pleine figure ? Pourrait-elle vider son sac rempli à la fois de rancœur et de tendresse ?
Qu’importe, après tous ses souvenirs, Louise est décidée à ne plus souffrir pour un énième rendez-vous manqué.

« Vois-tu, nos seuls moments de bonheur, il me semble que je les ai rêvés. Je les connais par cœur. »

Mon avis


J’ai l’impression d’enchaîner les romans « coup de poing » ces derniers temps, pas de quoi remonter mon moral face à cette grisaille estivale… Et pourtant voilà une nouvelle fois, une superbe découverte !

Dans ce roman, l’héroïne s’adresse au lecteur comme un confident et cela rend le récit d’autant plus poignant. J’ai ressenti une réelle empathie pour Louise, j’ai eu de la peine pour elle et avec elle, j’ai eu envie de pousser des coups de gueule comme elle et j’ai imaginé : et moi comment réagirai-je ? Pourrai-je entrer en guerre avec ma propre mère dans son cas ? Je ne sais pas… Je ne pense pas que j’aurai pu faire mieux que l’héroïne face à une mère si instable et destructrice car l’amour que l’on porte à une mère est viscéral.

« Le miracle ce n'était pas moi, ni mon prénom, ni mon visage, mais le souvenir du bonheur qu'ils évoquaient. Le miracle, c'était ma ressemblance avec celui qu'elle aimait, et qui l'avait quittée. Le miracle était que j'existe après que leur amour fut mort. Ce prolongement de papa en moi. »

Il y a une chose terrible dans ce roman, c’est cette emprise qu’à la mère sur sa fille. Une mère absente, une mère fourrée dans les mauvais coups, une mère qui néglige son enfant et qui pourtant réussi toujours à la faire culpabiliser :  « est-ce de ma faute si maman ne vient pas ? »,  « qu’ai-je fait pour l’irriter ?»

Je n’ai pu m’empêcher de me dire que Justine était tout simplement Louise et que ce roman lui servait d’exutoire. Elle, la fille de BHL …

En tout cas, l’écriture de Justine Lévy est fluide, rythmée et simpliste et ce n’est aucunement péjoratif. J’ai vraiment apprécié ce côté simpliste car j’ai eu la sensation d’être associée aux souvenirs de l’héroïne, comme-ci Louise et moi nous nous connaissions. Et malgré la dureté parfois des propos, Justine Lévy a parsemé ce récit d’humour comme pour dédramatiser les souffrances encore trop présentes.

« Encore une fois, pour la millième fois, comme quand j'étais petite et que j'attendais la nuit et mes rêves pour te retrouver, j'ai passé ces heures à te voir et à penser à toi. Sais-tu que je t'ai plus vue, aujourd'hui, qu'en dix-huit ans? Sais-tu que j'ai été plus près de toi en t'attendant qu'en te voyant? Je t'attendrai toujours. C'est ainsi que je te retrouve. »

Le rendez-vous n’est en rien une analyse psychologique des relations parents-enfants mais il s’agit là d’un récit vibrant qui ne m’a pas laissé indifférente et que je vous conseille vivement de découvrir

9 commentaires:

  1. J'ai eu un énorme problème avec l'écriture de cette auteure dans "Rien de grave", j'ai "mauvaise fille" dans ma pal, mais j'appréhende de ne pas aimer. Mais si c'est le cas, enfin si j'apprécie, je me tournerai également vers "Le rendez-vous" =)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah moi j'ai hâte de découvrir ses autres romans. J'en ai deux qui m'attendent dans la bibliothèque. J'ai aimé son écriture mais je peux comprendre que soit ça passe soit ça casse.

      Supprimer
  2. Je n'ai jamais lu cette auteure, mais ta chronique me donne vraiment envie de découvrir sa plume, et en particulier ce roman :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ravie de voir qu'il suscite ton intérêt :-) Tiens-moi au courant si tu le lis.

      Supprimer
  3. Bon, je le mets directement dans ma WL !
    Merci :D

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je t'en prie, grâce à toi j'ai mis "Rien de grave" dans la mienne :D

      Supprimer
  4. J'adore Justine Levy, je suis fan de tous ses romans :)
    PS : trop mimi tes photos d'articles à chaque fois j'aime beaucoup !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'aime beaucoup aussi. Si tu aimes ce style là je te conseille Sacha Sperling "Mes illusions donnent sur la cour" qui a également une superbe écriture à la fois crue voir violente et poétique c'est très troublant.
      Merci pour le compliment c'est adorable 😘

      Supprimer
    2. J'aime beaucoup aussi. Si tu aimes ce style là je te conseille Sacha Sperling "Mes illusions donnent sur la cour" qui a également une superbe écriture à la fois crue voir violente et poétique c'est très troublant.
      Merci pour le compliment c'est adorable 😘

      Supprimer