dimanche 12 mars 2017

Atelier d'écriture #257 de Bric à Book | Plaidoyer à Dieu

Chaque semaine, Leiloona du blog Bric à Book organise un atelier d'écriture. Le principe : à partir d'une photo, sélectionnée une semaine à l'avance, proposer un texte au ton et genre de notre choix. De quoi éveiller notre imagination :-)

© Emma Jane Browne

Je ne sais pourquoi, j’ai franchi le seuil de cette église, moi qui ne crois plus en Dieu depuis que j’observe le monde agoniser.

En entrant dans ce lieu sacro-saint, il y avait un homme. Perdu dans sa prière il n’a pas entendu mes pas fouler le sol froid. Je l’ai observé longuement, cherchant la raison de nos présences respectives.

Le jour déclinait et la lumière qui conférait à cet endroit une sensation de paix laissait désormais place à une obscurité effrayante. Mais il semblait que ce vieux monsieur ait bien trop de choses à dire à notre Tout Puissant pour se rendre compte de l’hostilité du lieu. Prenant exemple sur lui, je me suis alors imaginé moi aussi parler à Dieu, lui livrant mon plaidoyer.

« Qui puis-je donc bien prier, moi qui ne croit plus en Toi ? A quel saint me vouer ? Bien sûr j’aurai aimé y croire, encore, un rien, un peu. Mais mon ciel est bien vide et j’ai perdu ma foi. D’ailleurs tu n’es pas le seul en qui je n’ai plus foi. J’ai perdu mes idéaux en moins de trente-cinq ans. S’il se peut que là-haut ou ailleurs, tu perçois ces paroles, saches que je n’ai pas plus foi en toi que je n’ai foi en l’Homme même si je les chéris. 
Car viens donc sur Terre constater toute l’Horreur que tes fils et filles ont engendré. Viens te positionner au milieu des terrains minés, des champs de tir et des cimetières à ciel ouvert. Viens respirer les poussières de la guerre, regarder cet enfant agonisant te tendre la main dans un espoir vain. Accueille-le en ton sein. Observe la folie qui ravage la Terre par la seule main de l’Homme. 
Viens annoncer toi-même qu’une mère va mourir car la maladie qui la touche ne peut être soignée dans ce pays. Viens et tente de guérir les blessures physiques et psychologiques de cette petite fille violée en République Démocratique du Congo. 
Je vois chaque jour ces gens offrir un peu aux autres alors qu’ils n’ont plus rien. Mais Toi que leur offres-tu ? Moi, je tais ma révolte, partage avec eux la douleur, tente de panser leurs blessures. Parfois je les regarde mourir, impuissant… Et Toi où es-tu donc à ces instants précis ?
Ouvre donc les yeux, et regarde ce que ta création fait de son prochain. Parfois même en ton Nom ! Alors je te le demande : combien de temps encore laisseras-tu l’inhumanité prendre le dessus sur l’Amour ? 

C’est pour toutes ces questions qui me hantent que j’ai perdu la foi, moi qui te priais chaque jour lorsque j’étais enfant, petit être naïf. »

En imaginant ces quelques paroles criées intérieurement, intensément, je me suis subitement aperçu que les larmes de rage et de douleurs inondaient mon visage, les poings serrés et les sourcils froncés de tant de colère. Qu’est-ce que je foutais là, à quoi pensais-je en rentrant dans ce lieu ? C’est une question de plus qui restera sans réponse. 

Le regard dans le vide et vidé, je n’ai pas remarqué le vieux monsieur rebrousser chemin vers la sortie. En passant à côté de moi, il a posé la main sur mon épaule, a murmuré quelques paroles qui sans les comprendre ont instantanément apaisé mon cœur. Et dans un sourire bienveillant, il a quitté l’église. 
J’y suis resté encore quelques instants, tout penaud. Puis pris d’une incontrôlable envie, je suis parti précipitamment pour rattraper ce vieux monsieur. 
Mais une fois dehors, il n’était déjà plus là. Comme envolé … 

8 commentaires:

  1. Et ben voilà, il aurait été bête de ne pas publier !
    La colère envers Dieu contre un monde brutal. C'est un thème récurrent mais j'ai aimé que malgré cette colère, cette personne ait un espoir d'humanité à travers ce vieux monsieur. Un signe que Dieu n'a peut être pas abandonné les Hommes ou plutôt que les Hommes ne sont pas encore totalement perdus...
    Belle journée ! Bises

    RépondreSupprimer
  2. Et tu ne voulais pas publler ce bijou ? Mais il est magnifique, ton texte ! Je retrouve tant ce que je connais de toi ! Bises et lumineuse journée !
    Ps : ne doute plus jamais de tes mots ! ��

    RépondreSupprimer
  3. C'est un texte qui questionne son lecteur. Beaucoup de profondeur dans tes mots.

    RépondreSupprimer
  4. Croire ou ne pas croire, l'entre deux est passionnant et vertigineux. Je crois que nos textes se rejoignent :)

    RépondreSupprimer
  5. Un texte fort, un cri puissant. Je suis sûre que le Tout Puissant l'a entendu. Il n'y peut rien tu sais, il ne peut rien contre la folie des hommes car il leur a donné la Liberté de penser et d'agir, enfin c'est ce que je crois. Merci pour ta très belle plume ! Nady

    RépondreSupprimer
  6. La Foi est un acte de liberté, c'est pourquoi Dieu quelqu'il soit ne peut pas donner à l'homme une preuve de son existence , il lui enlèverait le droit fondamental de croire ou de ne pas croire en Lui....Alors il souffre en silence devant sa créature libre de faire le Bien comme le Mal....Il a envoyé son fils pour tenter de faire quelque chose et il n'a rien pu faire pour le sauver non plus....Il n'y a pas de grand Livre où le destin de chacun serait écrit et ce n'est pas Lui qui a décidé que tel enfant mourrait alors qu'un autre serait sauvé....Cette terrible injustice est juste le fruit des actes de l'humanité, laquelle est capable du meilleur comme du pire ....Ce serait plus simple que Dieu apparaisse une fois pour toute pour remettre un peu d'ordre dans le chaos et la violence, mais devant cette preuve l'homme n'aurait plus d'autre choix que de croire en Lui et donc ne serait plus libre.....C'est un serpent qui se mord la queue cette histoire .....

    RépondreSupprimer
  7. Ton texte traduit tout à fait mon ressenti aussi m’interpelle-t-il particulièrement. Merci Béné pour ton commentaire grâce auquel je peux envisager un nouveau positionnement face à ma croyance. Je n'avais jamais vu les choses ainsi. Merci à vous deux.

    RépondreSupprimer
  8. Quelle force dans ce texte! Merci de l'avoir partagé

    RépondreSupprimer