dimanche 20 novembre 2016

Atelier d'écriture #241 de Bric à Book | Vieux eaux

Chaque semaine, Leiloona du blog Bric à Book organise un atelier d'écriture. Le principe : à partir d'une photo, sélectionnée une semaine à l'avance, proposer un texte au ton et genre de notre choix. De quoi éveiller notre imagination :-)

© Julien Ribot

Vieux eaux

Après une vie de dur labeur, moi en tant que directeur commercial et toi mon Agnès à avoir éduqué nos enfants, et nous offrir un foyer chaleureux, il était temps pour nous de nous faire plaisir. On ne va quand même pas attendre la grande faucheuse pour profiter de la douceur de la vie. Et puis l’occasion était trop belle, cinquante ans, les noces d’or ça se fête non ? Allons allons, ouvre donc tes yeux et regarde cette beauté, cette immensité qui nous entoure, ce calme, écoute … Tu n’entends rien ? Moi j’entends le silence et les vagues, quelle douceur. Ca me rappelle lorsque nous étions jeunes, tu te souviens, on était sur cette petite plage de Corse, pas un touriste, rien, juste le silence. Et comme seuls au monde, on s’est risqué à quelques folies corporelles. Ah ce que nous étions jeunes et insouciants ! Aujourd’hui je serai bien incapable d’une telle prouesse, c’est pourtant pas l’envie qui me manque. Parce qu’être sur ce bateau avec toi aujourd’hui, j’ai tous ces souvenirs de notre vie qui remontent. Comme on était heureux, comme on se désirait. Et je vois bien dans tes yeux, que tu regrettes de ne pas avoir apporté mes petites pilules.

Ah ! Ce que l’air marin nous réussit. Se réveiller apaisés, s’asseoir là sur la chaise pour admirer et constater que nous sommes si petits face à l’immensité de l’océan, que nous sommes si insignifiants. Bien sûr sur cette croisière, il y a moult activités, ils ont pensé à tout. Aujourd’hui, par exemple, au programme c’est plongée … Enfin pour les jeunes… Soyons sérieux cinq minutes mon Agnès on n’a plus vingt ans. On risquerait de laisser nos poumons flotter et mon pacemaker pourrait frôler le court-circuit. Ce serait trop con de finir comme ça, faut le rentabiliser notre investissement. Non, vraiment c’est plus sage, on peut aussi bien observer la faune marine du haut de notre ponton. C’est tout aussi plaisant, pourvu que je sente encore ta petite tête grisonnante se poser tout contre mon épaule. Dans un silence apaisant, parce que l’amour n’a pas toujours besoin de mots pour s’exprimer et depuis cinquante ans le nôtre n’a pas flanché un seul instant.

Mon petit caramel, voilà comment je rêvais de vivre ma fin de vie … à tes côtés jusqu’à la fin. Malgré les coups de gueule, malgré mes fautes et le train-train quotidien qui aujourd’hui suffit à faire exploser des amours. Moi le mien reste intact comme au premier jour. Et à 81 ans, je peux le dire : je suis un homme heureux.

19 commentaires:

  1. Réponses
    1. Merci @lemexicainjaune, je suis ravie si ce texte a pu te toucher

      Supprimer
  2. Splendide ! Magnifique et émouvant ! J'adore ... Je suis une grande romantique, alors forcément... ��

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Nous avons cela en commun : le romantisme (bon j'ai aussi le côté très mélancolique). Je suis ravie si tu as aimé ce texte, j'avais envie de mettre l'amour à l'honneur en ce lundi. Merci pour ces jolis compliments en tout cas, ça me va droit au cœur.

      Supprimer
  3. 50 ans de mariage l'année prochaine,c'est te dire que ton texte m'interpelle quelquepart !!!! Je me suis mariée à 20 ans alors je suis un peu plus jeune que tes héros mais nous avons en commun d'être toujours aussi amoureux !!!....Alors quand j'ai lu les derniers mots , je me suis levée et je suis allée dans son bureau déposer un bisou dans son cou !!!!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oh bah ça alors !!! :-) Si j'avais su je l'aurai nommée Bénédicte mon Agnès haha (et j'aurai rajeuni mes personnages).
      Quel bonheur ! Ça m'émerveille toujours de voir ces amours perduraient après autant d'année, de voir que les gens sont encore capable d'entretenir la flamme. C'est beau et personnellement ça m'émeut. Peut-être y arriverai-je un jour aussi aux 50 ans (faudrait que la demande en mariage ne tarde pas trop quand même :p). Merci Bénédicte pour ce partage d'émotions :-)

      Supprimer
  4. Oh j'adore ton texte ! Il est à la fois très tendre et très drôle. Le coup des petites pilules... lol
    Quel joli couple et plaisant de voir ce vieux monsieur toujours aussi amoureux de sa femme.
    Bien joué le jeu de mots dans le titre. ;-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oh dis donc je m'aperçois que je n'ai pas répondu à ton commentaire ... Mille excuses.
      Merci ma belle, merci pour ce commentaire. Entre nous, je suis un peu envieuse de leur amour. Je m'y verrai bien moi aussi dans ... tout cela d'années :p

      Et un petit message un peu plus personnel : je tenais à te remercier aussi de m'avoir donné envie de participer à ce bel atelier car c'est un peu grâce à toi si je prends autant de plaisir depuis quelques semaines.

      Supprimer
    2. Oh c'est gentil. Vu les textes que tu écris, il aurait été dommage de ne pas participer ! ��

      Supprimer
  5. Texte touchant , optimiste qui dit cet amour qui traverse le temps et qui devient rare. C'est beau!!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Sabine. Oui c'est rare, de plus en plus j'ai l'impression mais j'espère que ce n'est pas impossible :)

      Supprimer
  6. Oh que ton texte est beau ! J'aime la douceur, la tendresse, l'amour infini qui s'en dégagent. Le dernier paragraphe m'a immensément émue. Vraiment : un énorme Bravo !
    Jos

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Jos, merci beaucoup. Ton commentaire me touche énormément et l'effet que tu as pu ressentir à la lecture de mon récit me touche tout autant.

      Supprimer
  7. Très joli texte! J'ai souri aux expressions "folies corporelles" et "on risquerait de laisser nos poumons flotter "
    Le caramel à la fin m'a fait fondre.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Adèle. J'avais envie de mettre un peu d'humour dans ce bel amour. Ce n'est pas parce qu'on a plus de 80 ans que l'on est forcément aigri, il me tenait à cœur de le souligner.

      Supprimer
  8. Je ne sais si c'est la croisière, ses petites pilules ou son amour...mais ton pti papi a la pêche et il nous la transmet tout en douceur. Merci.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Valérie. Il fait envie ce petit papi je trouve, en tout cas moi à 81 ans j'adorerai avoir autant la pêche :)

      Supprimer
  9. Oh, voilà qui donne envie de rester amoureux jusqu'à sa mort (c'est possible, tu crois ? Pour de vrai ? ;) )

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Réponse facile mais je n'en ai pas d'autre : qui vivra verra haha
      Je ne sais pas si c'est encore possible dans la société actuelle, c'est un commentaire qui pourrait devenir long si je me lance là dedans mais en tout cas j'ai envie d'y croire. Après tout, est-ce qu'il n'est pas de notre ressort de maintenir la flamme et de se battre contre les épreuves qui peuvent et qui (v)ont fragiliser notre couple ?

      Supprimer