jeudi 11 août 2016

[Rentrée littéraire 2016] Une fille et un flingue d’Ollivier Pourriol : la palme d'or pour un roman ?

Ollivier Pourriol
Parution le 24 août 2016 aux éditions Stock - 288 pages
Lu via NetGalley

2nd livre de la rentrée littéraire dévoré, et voilà encore une belle découverte et un bon moment passé en compagnie d’Ollivier Pourriol. Je ne vous cache pas ma joie d’avoir lu un roman qui sort de l’ordinaire, une histoire comme on en voit qu’au cinéma.

Avec l’accord des éditions Stock, je vous en parle en avant-première en espérant attiser votre curiosité et vous donner envie de le découvrir. 


En quelques mots

Les frères Koulechov, Dimitri et Aliocha sont étudiants en cinématographie, leur professeur ? Un certain Luc B. Leur rêve ? Réaliser un film coûte que coûte.
Sans un sous, avec leur seul culot, ils vont rentrer dans le cercle très fermé des People. Et avec pour seule caméra un téléphone portable, ils vont monter un vrai-faux braquage en plein festival de Cannes. Le tout en invoquant un certain Jean-Luc G. pour convaincre une certaine Catherine D. et un certain Gérard D. de participer à ce film 2.0.
S’agit-il d’un coup de génie ou d’un coup de folie ? Y a-t-il manipulation ? Je ne vous en dis pas plus, sachez juste que l’histoire démarre … en prison.

« […] des jeunes qui rêvent éveillés, qui ne savent même pas ce qu’ils font là. Des somnambules attirés par la lumière des étoiles, si proches et si lointaines. Ils sont vêtus de leurs rêves […] Mais le rêve taille toujours trop grand. »


Mon avis 


Loufoque, abracadabresque, voilà deux mots qui résument à la perfection Une fille et un flingue.
Ollivier Pourriol nous offre un roman scénarisé à la perfection où le cinéma n’est pas sans en prendre pour son grade. Un roman dans lequel l’humour a toute sa place et le "suspens" également puisque pour avoir le fin mot de l’histoire il faut aller jusqu’aux derniers chapitres.

« Alors on tourne un livre, c’est caméra-stylo, on filme les mots qu’on dit comme si on les écrivait, et on remplit la page, en attendant de la tourner. »

Malgré une critique piquante du monde cinématographique, on y ressent l’amour pour le 7ème art avec des références culturelles qui s’enchaînent au fil du récit et des portraits à la fois hilarants et attachants d’acteurs, producteurs ou réalisateurs que l’on pourrait presque penser à notre portée. L’auteur fait dans le précis, le minutieux, à tel point qu’on imagine parfaitement Depardieu ou encore Deneuve tenir réellement ces propos.

« Plus de Grand Journal, plus de patio, plus de soirée, un envoyé spécial et demi pour faire les duplex comme dans Good-Bye Lenin !, et dix minutes de quotidienne en crypté à l’heure des citrouilles. Le cinéma, pour Bolloré, c’est fini. À Cannes, il a fait comme César : il est venu, il a vu, il a revendu. Veni, vidi, Vivendi. »

Ce roman n’en est pas un. Il s’agit là pour moi d’un scénario qui pourrait sans problème être porté à l’écran (si tant est que Monsieur Depardieu et Mme Deneuve ne prennent pas la mouche) et dont les dernières pages du livre prolongent un peu plus cet effet cinématographique avec un générique de fin dans lequel ne manque que la musique (mais comptez sur moi pour arranger cela).

Bref, ce récit est un OVNI mais Une fille et un flingue c'est la certitude de passer un agréable moment, de plonger dans un roman différenciant avec cette sensation de caméra à l’épaule.


Une lecture accompagnée de ...

Et puisque la B.O n’est pas fournie voici une petite sélection de morceaux qui accompagnera parfaitement cette lecture :
5 :15 Angels have gone de David Bowie (en live c’est encore mieux)
Parallel Lives (Home sessions) de Revolver
Crystalised de The XX
Young Folks de Peter Bjorn and John
Processed Beats de Kasabian
To the east de Electrelane
Remember my name de Two Door Cinema Club

Je vous conseille également un petit verre de V.I.M du domaine Capion, un vin rouge aux notes de vanille (un délice).


Pour aller plus loin

Voici la présentation d'Une fille et un flingue par Ollivier Pourriol




4 commentaires:

  1. Ca a l'air plutôt loufoque... Mais franchement pas mal ! Je demande à voir.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ca part parfois dans tout les sens mais vraiment c'est un roman si différent de ce qu'on a l'habitude de lire que rien que pour cette raison, il vaut le coup de s'arrêter dessus :)

      Supprimer
  2. Intrigant. A commencer par le titre !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Exactement c'est d'ailleurs de ce qui m'a donné envie de le découvrir.

      Supprimer