mardi 14 juin 2016

Sélection estivale : les livres à emporter dans sa valise cet été


Même si on a dû mal à y croire, l’été arrive à grand pas (ou en tout cas les vacances). L’occasion de remplir son tote bag de crème solaire, bikini (pull, gants … ah non pardon l’été !) oui mais pas que,  les livres auront également leur place.


Je vous ai donc concocté une petite sélection estivale qui j’espère vous plaira. Et vous, avez-vous déjà réfléchi aux livres qui accompagneront votre été ? Quels livres conseillerez-vous ?



« Les messieurs de Claire Castillon «
paru aux éditions de L’Olivier en mai 2016 (16,50€ en broché - 11,99€ en e-book)



Quelle meilleure saison que l’été pour se plonger dans les relations hommes-femmes ? Parce que l’été c’est le temps de l’amour, le temps des copains et de l’aventure (merci Françoise Hardy pour cette réplique facile ou plus récemment Vanessa Paradis qui en fait une superbe reprise. Bref !). Et en été, on n’est pas à l’abri de succomber (si le cœur est libre bien sûr) à quelques amours de vacances.

Claire Castillon nous conte à travers 21 nouvelles les aventures de jeunes lycéennes audacieuses ou de jeunes filles sentimentales qui ont toutes un point commun : elles aiment les hommes qui ont l’âge de leur père. 
Un recueil cruel et drôle, une plume incisive qui dessine les tourments d’une génération toujours moins farouche et les désirs sexuels d’une société toujours plus dévergondée.

Ce que dit l'éditeur

« Corse en pendentif, santiags bleues et Mazda à toit ouvrant, à midi, Jean-Lou, lunettes noires, classe absolue, m’attendra devant le collège. »

Lycéennes effrontées ou fiancées romantiques, les jeunes filles de Claire Castillon ont un trait commun : les hommes dont elles tombent amoureuses sont plus âgés, voire bien plus âgés qu’elles. Sont-elles intrigantes ou ingénues ? Naïves ou rouées ? Les deux, sans doute. Mais ne nous y trompons pas : la cible que visent ces 21 nouvelles, ce sont avant tout ces « messieurs ». Leur légèreté est pathétique. Leur veulerie, inébranlable. À quelques exceptions près.

Suite de variations sur un thème classique, Les Messieurs sont autant de contes cruels, de brèves comédies. S’y dessinent les intermittences du désir masculin et les espoirs déçus des filles. Des histoires d’abandon, d’innocence et d’effroi comme seule en connaît l’adolescence, ce moment de fragilité extrême que Claire Castillon décrit admirablement.



« Un été avec Baudelaire de Antoine Compagnon «
paru aux éditions des Équateurs en juin 2015 (13€ en broché - 9,99€ en e-book)



Envie d’une lecture « intellectuelle », d’en découvrir davantage sur un poète qui a été si controversé ? Un été avec Baudelaire est fait pour vous.

Que l’on aime ou non le personnage, Baudelaire reste l’un des plus grands poètes du XIXe siècle. Anti-progressiste, suicidaire et habité d’un éternel mal-être, cet homme est celui de tous les paradoxes. Mais qui mieux que lui pouvait parler de l’Amour et du spleen
Dans Un été avec Baudelaire, Antoine Compagnon aborde l’homme et l’œuvre en petits chapitres, on se délecte de cette lecture à la fois poétique et biographique. On en apprend sur l’homme sinon sur l’œuvre et l’on a envie de redécouvrir Les fleurs du Mal.
Si vous souhaitez en savoir davantage je vous invite à découvrir la chronique très alléchante d’Elodie du blog Quai des Proses.

Ce que dit l'éditeur

Aucun poète ne nous a laissé autant de vers mémorables. Aucun écrivain n’a mieux parlé de l’amour, du spleen, du voyage. Pour lui, l’été fut celui de l’enfance, saison à jamais révolue, paradis perdu que sa poésie voudrait retrouver.
Moderne et antimoderne, Baudelaire reste notre contemporain, même si certaines de ses opinions peuvent nous scandaliser.
Il détesta le progrès, s’intéressa à la photographie pour la disqualifier, songea à se suicider parce que les journaux multipliaient leur tirage, affronta la Mal éternel. D’abord condamnée pour ses provocations, l’œuvre de cet homme blessé – poésie en vers et en prose, critique d’art et critique littéraire, fragments intimes, satires, pamphlets – est devenue un classique.
Baudelaire, qui admirait Delacroix et Manet, fut l’un des plus lucides observateurs de la désacralisation de l’art dans le monde moderne. Dandy, ami des chiffonniers, il fut l’être de tous les paradoxes et originalités.

« À sauts et à gambades », comme dans Un été avec Montaigne, Antoine Compagnon nous fait redécouvrir en trente-trois chapitres Les Fleurs du Mal et Le Spleen de Paris. Il nous invite à partager un Baudelaire inclassable et irréductible.


« Comment écrire un polar suédois sans se fatiguer de Henri Lange « 
paru aux éditions Çà et Là en octobre 2015 (10€ en broché - 7,99€ en e-book) 



Pour les amateurs de polars, voici une BD qui devrait vous ravir. Augustin Trapenard a même déclaré qu’il s’agissait d’un livre « absolument génial ». Alors on se laisse tenter ? Peut-être deviendrons-nous le nouveau Stieg Larsson (saga Millénium) ? 

Ce petit manuel de 140 pages offre au lecteur humour et décadence : petits conseils pratiques pour tous les aspirants écrivains mais surtout des « clichées-hommages » aux grands noms du genre.

Ce que dit l'éditeur

Devant le succès de ses compatriotes écrivains, dont les polars se vendent par millions et sont adaptés à Hollywood, le dessinateur suédois Henrik Lange a décidé d’écrire et d’illustrer un précis d’écriture de polar ironique et décalé.

Grâce à Comment écrire un polar suédois sans se fatiguer, vous apprendrez à construire à coup sûr une intrigue haletante et des personnages charismatiques ; à capitaliser sur l’engouement actuel pour la Scandinavie – ses cabanes en bois, ses forêts de pins et son alphabet bizarre. Vous bénéficierez de conseils pour faire durer votre carrière d’auteur : laisser des sous-intrigues non résolues pour optimiser vos chances d’écrire une suite, inclure dans votre livre les scènes qui sauront intéresser les producteurs de films… 
Enfin, comme rien ne vaut l’apprentissage par l’exemple, vous prendrez connaissance de quelques classiques du polar suédois, de Stieg Larsson à Henning Mankell en passant par Camilla Läckberg grâce à des résumés de romans policiers en quatre cases de bande dessinée.



« American rigolos : chroniques d'un grand pays de Bill Bryson «
paru aux éditions Payot & Rivages en avril 2003 (9,20€ en broché)



Parce que l’été est synonyme de légèreté, de bonne humeur, de fous-rire (et de rosé, charcuterie, melon, apéro et tutti quanti), je vous propose de vous délecter avec American rigolos : chroniques d’un grand pays de Bill Bryson

American rigolos c’est l’histoire d’un homme (l’auteur) qui revient vivre dans son pays natal, les Etats-Unis, et en dresse un portrait satirique à rire aux éclats. Tout le monde en prend pour son grade, l’auteur se moque de l’inculture des américains, de leur frivolité et leur consumérisme à outrance. Ces chroniques exquises ne sont jamais méchantes, l’auteur se moque d’ailleurs de lui-même durant ce récit.

Un livre pour se détendre, les doigts de pieds en éventail au bord de la piscine un cocktail à la main (non non je ne suis pas du tout impatiente …).

Ce que dit l'éditeur

De retour aux Etats-Unis après avoir vécu vingt ans en Angleterre, Bill Bryson s'étonne : « Les Américains ont produit plus de prix Nobel que le reste du monde réuni. Et pourtant, selon un sondage, 13 pour 100 des Américaines sont incapables de dire si elles portent leur slip sous ou sur leurs collants. »

Durant les dix-huit premiers mois de son établissement en Nouvelle-Angleterre, notre héros se lance alors à la "redécouverte" de l'Amérique avec l'humour pour seule arme. Rien n'échappe à son sens de l'observation ni à son manque de sens pratique. Il lui faut guerroyer avec l'administration et les supermarchés, avec la publicité et les séries télé, avec l'informatique et le jardinage, avec les créatures de la forêt et son coiffeur, et même avec son épouse britannique, qui deviendra vite une Américaine accomplie.



« Manderley Forever de Tatiana de Rosnay «
paru aux éditions Albin Michel/Héloïse d'Ormesson et chez Le livre de Poche en mai 2016 (7,60€ en poche)



Les romans c’est divertissant, l’été on s’imagine bien ne lire que du léger, voir même de la passion. Mais si nous partions maintenant pour une biographie emprunte elle aussi d’une grande passion ? Nous pourrions ainsi nous immiscer dans la vie de Daphné Du Maurier. Nous pourrions marcher sur les traces de cette très célèbre romancière en qui Hitchcock a su déceler le potentiel pour réaliser trois de ses films sur la base de ses romans.

Dans Manderley Forever, Tatiana de Rosnay nous retrace la vie tumultueuse de cette auteure et, cette biographie se lit comme un roman. Issue d’une famille d’artistes, amoureuse de la passion en tout genre : la passion des mots, de l’Amour (féminin et masculin), des lieux, la vie de Daphné Du Maurier est un roman à elle toute seule.
Et à travers ces pages, on ressent toute la curiosité et l’admiration que Tatiana de Rosnay porte à cette femme si complexe.

Une biographie parfaite pour l’été. 

Ce que dit l'éditeur

« J’ai rêvé la nuit dernière que je retournais à Manderley. » Ainsi commence Rebecca, le roman de Daphné du Maurier porté à l’écran par Alfred Hitchcock.

En admiratrice inconditionnelle, Tatiana de Rosnay s’est lancée sur les traces de la romancière anglaise. Sans rien occulter, elle dresse le portrait d’une femme secrète dont l’œuvre reflétait les tourments.
Retrouvant l’écriture ardente qui fit le succès d’Elle s’appelait Sarah, Tatiana de Rosnay met ses pas dans ceux de Daphné du Maurier le long des côtes escarpées de Cornouailles, s’aventure dans ses vieux manoirs chargés d’histoire qu’elle aimait tant, partage ses moments de tristesse, ses coups de cœur et ses amours secrètes.

Biographie littéraire, Manderley for ever est surtout le roman vrai d’une femme libre, bien certaine que le bonheur n’est pas un objet à posséder mais un état d’âme.


« Pardonnable, impardonnable, de Valérie Tong Cuong «
Paru aux éditions JC Lattès et aux éditions J'ai Lu en mars 2016 (7,50€ en poche)



Quelle meilleure saison que l’été pour lire un roman sur l’histoire d’une famille, les non-dits et le pardon
Pour compléter cette sélection, je vous propose ce roman de Valérie Tong Cuong qui remporte un franc succès auprès de la blogosphère.

Une quatrième de couverture qui selon moi se suffit à elle-même pour attirer l’œil du lecteur et déclencher l’achat. En tout cas, il risque fort de terminer dans mon tote bag de cet été.

Ce que dit l'éditeur

« Un après-midi d’été, alors qu’il se promène à vélo sur une route de campagne, Milo, douze ans, chute et se blesse grièvement.
Ses parents Céleste et Lino et sa grand-mère Jeanne se précipitent à son chevet. Très vite, chacun va chercher les raisons de l’accident. Ou plutôt le coupable. Qui était avec lui ce jour-là ? Pourquoi Milo n’était-il pas à sa table, en train de faire ses devoirs, comme prévu ?
Tandis que l’angoisse monte autour de l’état de Milo resurgissent peu à peu les rapports de force, les mensonges et les petits arrangements qui sous-tendent cette famille. L’amour que chacun porte à l’enfant ne suffira pas à endiguer la déflagration. Mais lorsque la haine aura tout emporté sur son passage, quel autre choix auront-ils pour survivre que de s’engager sur le chemin du pardon ? »

Un roman choral qui explore la difficulté à trouver sa place au sein du clan, les chagrins et la culpabilité, mais aussi et surtout la force de l’amour sous toutes ses formes.


© Amandine

7 commentaires:

  1. Les deux derniers sont déjà dans ma WL !!! =D

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. De même :) mais pour ma part, il faudrait que je gagne au loto pour pouvoir m'acheter tous ceux de ma WL !!

      Supprimer
  2. American Rigolos a l'air énorme, j'ai hâte d'avoir ton avis dessus !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je me le commande pour cet été j'ai hâte aussi ! Je te dirai :)

      Supprimer
  3. J'espère que tu aimeras "un été avec Baudelaire", personnellement, je pense attaquer "un été avec Hugo". Les messieurs me tente pas mal, je dois l'avouer !!

    Je te souhaite de jolies lectures.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci :-)
      Adorant Hugo, je pense aussi me laisser tenter par "Un été avec Hugo", des belles découvertes en perspective.

      Supprimer
  4. Je garde un excellent souvenir de "Pardonnable, impardonnable" ! Je vais jeter un coup d'oeil à "American Rigolo", je suis passée à côté, et la couverture attire l'oeil :D

    RépondreSupprimer