Autour des livres : quand la poésie devient musique



Je vous propose un article un peu particulier cette semaine. Un article qui va parler poésie mais en musique. Les grands poètes que nous connaissons, étudions durant nos études ne sont pas les seuls à avoir du talent, certains chanteurs méritent eux aussi d’être reconnus comme poètes et inversement, et il me tenait à cœur de vous en parler.




**Le spleen engagé du XXIe siècle**

C’est en écoutant l’ébauche du tout dernier projet de Damien Saez que l’idée m'est venue d’écrire cet article. 
Saez c’est avant tout le très célèbre Jeune et con il y a seize ans, une chanson engagée où l’on ressentait déjà le mal-être de cette jeunesse, le spleen du XXIe siècle. S’en sont suivi de nombreux autres titres et albums moins connus. Peut-être avez-vous entendu parler de l’album J’accuse dont les affiches ont été retirées du métro parisien. Mais Saez, il est comme ça, engagé et provoquant. J’accuse n’est-il pas un clin d’œil à Emile Zola (version plus trash je vous l’accorde)
Au-delà de la provocation, Saez c’est aussi un magnifique triple album empli de mélancolie intitulé Varsovie – L’Alhambra – Paris où l’on y retrouve des textes gorgés de force, de poésie et une musique à l’image de la mélancolie qui l’habite. Il a même repris le poème Femmes damnées de Baudelaire (mais il n’est pas le seul à avoir chanté Baudelaire, vous le verrez un peu plus bas).

Mais Damien Saez ce n’est pas que de la musique, c’est également un véritable poète à part entière qui a publié en 2001 aux éditions Actes Sud A ton nom, un recueil de texte inédits et de paroles de certaines chansons qui ont composé son album suivant. Une petite pépite à découvrir !
Et avec son nouveau projet Le manifeste, il nous donne la promesse d’un grand retour mélodieux, mélancolique et lyrique. Ce titre serait-il un clin d’œil au manifeste de Marx
Je vous invite à découvrir la vidéo, un moment qui ne vous laissera probablement pas insensible.



Je pourrais vous en parler des heures, mais d’autres attendent leur tour. Mettez de côté vos éventuels préjugés, vos aprioris et lisez-le, écoutez, fermez les yeux et laissez-vous submerger par la beauté et la dureté de ses textes.

« Combien tu vends ta liberté, dis
Combien tu vends ta poésie 
Moi j'ai même vendu mon âme au Diable
Pour ton sourire
[...]
Il y a ton sourire qui s'élève
C'est comme une lueur d'espoir
Il y a l'ombre et la lumière
Au milieu de notre trajectoire
Fallait choisir une route
Alors on a choisi les pluies
Acides à s'en brûler le coeur
Pourvu que plânent nos esprits »



**BBF :   – Brassens, Brel, Ferré**

Comment rédiger ce post sans parler de Brassens, Brel ou encore Léo Ferré ? Il me semble essentiel d’aborder ces trois monstres de la chanson française.

Si Jacques Brel n’aimait pas être considéré comme un poète il n’en reste pas moins que ses textes furent pour un grand nombre de véritables poèmes chantants. J’ai moi-même été bercée par Brel, ma mère étant une grande fan. Quand on a que l’amour est d’une force incroyable, chaque fois que je l’entends j’ai la chair de poule. La rythmique, la diction et le texte lui-même sont tout simplement d’une justesse extraordinaire.
Il est difficile de sélectionner certaines chansons plutôt que d’autres tant la discographie de cet artiste est remplie de poésie, j’ai néanmoins un petit faible pour Voir un ami pleurer, L’âge idiot ou encore Les cœurs tendres.
Jacques Brel a eu le talent à travers ses écrits de dépeindre les morceaux de vie de tout Homme.

« J’ai essayé de faire des chansons plutôt qu’autre chose pour des raisons bien précises et qui ne me font pas tellement plaisir. C’est qu’en réalité j’aurais voulu, bien sûr, écrire des quatuors à corde, ou des symphonies, d’une part, et d’autre part, j’aurais bien voulu écrire des romans. Mais je n’ai ni la culture musicale suffisante pour écrire une symphonie et encore moins un joli quatuor à cordes et je n’ai certainement pas la maturité et sans doute pas le talent nécessaire pour écrire un roman. Alors, j’ai pris un moyen terme qui est la chanson et qui me satisfait pleinement tout de même et se rattache, d’une part à une ligne littéraire, à une discipline stricte qui est la littérature, et à une autre discipline stricte qui est la musique. »

Quant à Brassens, si l’on connaît très souvent ses chansons populaires, il reste l’auteur de centaines de poèmes. Il suffit d’écouter L’orage, Supplique pour être enterré à la plage de Sète ou encore La non-demande en mariage, trois textes qui dégagent une émotion et une mélodie des mots indéfinissables. 
Mais Georges Brassens c’est aussi un écrivain entier : recueil de poésie, romans et ces multiples casquettes en font assurément un artiste complet.


« On a déclaré que je suis un poète, moi, je fais des chansons. Je ne sais pas si je suis poète, il est possible que je l'sois un p'tit peu, m'enfin, peu m'importe ; je mélange des paroles et d'la musique... »

Léo Ferré grand ami de Brassens et Brel est lui aussi un artiste complet avec à son arc, chansons, poèmes et livres. « Avec le temps, avec le temps va tout s’en va » oui mais certainement pas ses textes emplis d’engagement, d’humanité et de mélancolie. 

« Bipède volupteur de lyre 
Epoux châtré de Polymnie 
Vérolé de lune à confire 
Grand-Duc bouillon des librairies 
Maroufle à pendre à l'hexamètre 
Voyou décliné chez les Grecs 
Albatros à chaîne et à guêtres 
Cigale qui claque du bec 

Poète, vos papiers ! 
Poète, vos papiers ! »
- Tiré de Poètes vos papiers -

Soyons honnêtes ces illustres chanteurs ne sont pas forcément de notre génération et pourtant nous connaissons certainement toutes et tous des textes, des chansons qui leur appartiennent. Mais ces trois chanteurs ont repris un grand nombre de poèmes qu’ils ont mis en musique. Ainsi, Léo Ferré mettra en musique les poèmes de Baudelaire, Rimbaud ou même Aragon. Brassens lui se frottera à Hugo, Verlaine ou encore Antoine Pol avec ce magnifique poème qu’est Les passantes




**Le vent nous portera jusqu’à Noir Désir**

Noir désir n’est-il pas un groupe, de rock certes, mais surtout de rock poétique ? Il est considéré encore aujourd’hui comme l’un des meilleurs groupes de rock et c’est très certainement aussi grâce à leurs textes ô combien engagés, électriques mais aussi lyriques.

A ton étoile de Bertrand Cantat me fait d’ailleurs penser à ce que Damien Saez est capable de nous écrire : une chanson mélodieuse aux paroles enivrantes (et certaines phrases identiques d'ailleurs).



Noir Désir a même repris un poème de Léo Ferré écrit en 1968 Des armes construit sur une métaphores dont les mots sont considéré comme son titre l’indique : des armes. Une mise en musique à vous faire dresser les poils.



A l’endroit à l’envers est une de mes chansons préférées du groupe, la voix de Bertrand Cantat, la musicalité et les paroles en font incontestablement un pur bijou.

« Il paraît que la blanche colombe a trois cent tonnes de plombs dans l'aile 
Il paraît qu'il faut s'habituer à des printemps sans hirondelles 
La belle au bois dormant a rompu les négociations 
Unilatéralement le prince entame des protestations »



**Aux grands mots, les grands slameurs** 

Il est vrai que le slam ne plaît pas à tout le monde, au-delà de l’artiste, si ce n’est pas votre genre préféré, je vous invite à simplement lire les textes de Grand Corps Malade, un artiste qui a reçu une distinction de Chevalier des Arts et des Lettres pour la qualité de sa plume. 
Et si je devais vous conseiller un album, je vous dirai de démarrer par le tout dernier Il nous restera ça. Un album écrit en collaboration avec de nombreux artistes et même notre cher Erik Orsenna.

Pour l'avoir vu en concert il y a quelques mois, je peux vous assurer que ce mec est un OVNI, il nous fait rire, pleurer, dresser les poils par sa voix chaude et ses textes fabuleusement écrit.

« On a trempé notre plume dans notre envie de changer de vision 
De prendre une route parallèle, comme une furtive évasion 
On a trempé notre plume et est-ce vraiment une hérésie 
De se dire qu'on assume et qu'on écrit de la poésie »


Et pour vous prouver que Grand Corps Malade c’est de la poésie à l’état pur, je vous invite à écouter L’heure des poètes, un hommage fait aux artistes pour leurs textes lyriques et leurs chansons chargées de messages et de poésie. 

Et si nous allons plus loin, il est également l’auteur d’un livre Patients paru aux éditions Don Quichotte et dans lequel il y raconte avec beaucoup d’humour son histoire, son accident et sa rééducation. 




Alors après cela qui osera dire que la poésie n’appartient qu’aux grands noms de ce genre ? :-)


Commentaires

  1. Réponses
    1. Ravie qu'il t'ait plu :-) quel plaisir pour moi d'avoir écrit cet article, redécouvert des titres, des textes et partagé avec vous mes deux passions.

      Supprimer
  2. C'est moi ou mon commentaire n'est pas passé?? :(

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire