dimanche 1 mai 2016

Où on va papa ? de Jean-Louis Fournier : le cri d'amour d'un père

Lu aux éditions Le livre de poche
145 pages

J'avais vraiment envie de découvrir cet auteur depuis déjà un long moment mais je ne savais pas par lequel de ces livres commencer. C'est un peu par hasard que j'ai décidé de démarrer par Où on va papa ?



En quelques mots

Dans ce court livre de 145 pages, Jean-Louis Fournier écrit sa confession à ses deux enfants Mathieu et Thomas. Un livre comme une déclaration d’amour pour cet homme, qui le dit si bien lui-même, a eu deux fins  du monde : la naissance de ces deux enfants handicapés.

L’auteur nous décrit la vie de ses fils et la vie avec eux. Une vie parsemée de difficultés, de honte, de non-dits.

Il nous dresse le tableau de ses remords, de ses regrets, de ses peines mais aussi de ses joies. Les anecdotes sont les points d’ancrage de son récit, des morceaux de vie décrient par l’auteur avec beaucoup de cynisme et d’humour noir. Rire pour ne pas pleurer, rire pour ne pas tomber dans la fatalité d’une vie qui ne sera jamais comme celle des autres.




Voici un sujet très délicat, un récit qui ne fait pas dans le politiquement correct. Comment réagir lorsqu’on apprend que son enfant est handicapé ? Double malheur pour Jean-Louis Fournier puisqu’il aura deux enfants handicapés…

Alors comment comprendre ce que l’auteur ou plutôt le père confesse quand nous avons des enfants dit "normaux" ?

J’ai d’abord été déstabilisée à la lecture des premières pages, un peu "choquée" même tant les mots posés sur le papier sont durs. Et puis au fil de la lecture j’ai compris que ce n’était pas tant les mots qui étaient durs mais plutôt ses maux. Utiliser l’humour comme arme contre la blessure, contre le sentiment de culpabilité… alors on rit avec Jean-Louis Fournier mais on pleure aussi.

« Dans l'IMP où sont placés les Thomas et Mathieu, il y a un enfant cambodgien. Ses parents ne parlent pas très bien le français, les entretiens avec le médecin chef de l'établissement sont difficiles, parfois épiques. Ils en sortent souvent dépités. Ils contestent toujours avec force le diagnostic du médecin. Leur fils n'est pas mongolien, il est cambodgien. »

Ce livre sonne comme un exutoire, on sent que l’auteur y a mis tout son cœur, toute son âme à écrire ces 150 pages que ses fils ne pourront jamais lire.

Jean-Louis Fournier est honnête avec lui-même, honnête avec les autres maintenant qu’il a écrit le récit de sa vie de père, lui qui a eu tant de mal à dire aux personnes qui l’entouraient qu’il était père de deux fils handicapés.

« Ne pas être comme les autres, ça ne veut pas dire forcément être moins bien que les autres, ça veut dire être différent des autres. »

Rédigé en courts chapitres comme des respirations saccadées, c’est une autobiographie qui sonne tel un cri d’amour qui s’échappe sur les pages de sa vie.

Un récit de vie poignant, un livre à côté duquel il ne faut, selon moi, pas passé.
Où on va papa ? m'a assurément donné l'envie de lire d'autres œuvres de cet auteur.


© Amandine

2 commentaires:

  1. Une chronique qui donne envie de lire ce roman qui a l'air bouleversant. Merci

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Si tu le lis fais-nous part de ton avis. C'est vraiment une autobiographie émouvante

      Supprimer