mercredi 2 septembre 2015

Et il me parla de cerisiers, de poussières et d'une montagne... - Antoine Paje

**Regards croisés sur ce roman**


Proverbe japonais : Chiro mo tsumoreba yama to naru :  Même la poussière peut former une montagne si elle s'accumule. Tel est le résume du livre d’Antoine Pajé « Et il me parla de cerisiers, de poussières et d'une montagne ».



Mot de l’éditeur 
Le héros de ce roman écrit à la première personne pensait avoir pris la bonne route, vivre comme il l'entendait jusqu'à ce qu'il soit mis en garde à vue pour un incident assez étonnant lors d'une virée festive aux États-Unis. Il va faire en prison une rencontre qui va changer le cours de sa vie. Revenu en France, il va changer son mode de vie, réussir professionnellement jusqu'à ce qu'il rencontre deux autres personnes qui vont finir par opérer un changement total en lui et le libérer pour de bon de toutes ces peurs qui lui entravaient l'existence. Voici l'histoire de Paul Lamarche, un homme soumis à ses peurs « intérieures », sans même en avoir conscience, qui se serait mis en colère si on lui avait étalé sous le nez l'ampleur de la trouille qui le menait. Lui, peur ? Certainement pas. Il fallait donc qu'il en prenne conscience tout seul.



**Avis d'Emy**
« Et il me parla de cerisiers, de poussières et d'une montagne » est un « beau » livre  tant par sa couverture (ah les sakura !) que par son écho qui m’a profondément touché. L’avant-propos m’a mis l’eau à la bouche et je ne m’attendais pas à rencontrer autant de Yodas dans un livre!  L’auteur nous invite à un voyage intérieur : se libérer de ses peurs pour découvrir la sagesse et enfin accéder au bonheur.
Nous avons tous été à un moment de notre vie confronté à ce sentiment paralysant et (auto) destructeur qu’est la peur. Le climat anxiogène dans lequel nous vivons, nos modes de vie, notre conscience et les limites que nous nous imposons font de ce sentiment intérieur et extérieur un sentiment paradoxal qui nous étouffe, nous éloigne, nous consume et nous libère pourvu qu’on lâche enfin prise. Nous rencontrons tous les jours, sans nous en apercevoir, des yodas (Yoddha » signifie « guerrier » en sanskrit et « Yodae » « celui qui sait » en hébreu) qui sèment de petits cailloux sur notre chemin de vie et puis, nous trouvons la force en nous de devenir à notre tour un yoda .

**Avis d'Amandine**
C’est un roman rempli de sagesse, de bienveillance. L’avant-propos et l’introduction ne peuvent que nous parler, nous interpeller et nous donner envie d’aller plus loin.
Le seul bémol de ce roman de 140 pages : j’ai trouvé qu’il n’allait pas assez loin, qu’il manquait de profondeur et l’ai trouvé parfois redondant dans les idées, bien que l’auteur ait souhaité avant tout relater ce qu’il avait pu vivre ou ressentir sans que cela devienne un livre de psychologie.
Antoine Paje réussit sa mission : nous amener à réfléchir sur nous-même et s'interroger sur nos peurs enfouies. Je pense que c’est un livre à lire plusieurs fois, car nous n'y sommes pas réceptifs de la même façon à chaque étape de notre vie.

**Le passage qu'on a aimé**
"On apprend à marcher à petits pas, un pied devant l’autre. On tombe? Pas grave. Ça arrive à chacun de nous. On se relève et on repart, pour ne jamais plus ramper.” 

**En écoutant et buvant**
Imagine écrit par John Lennon, chanté par Jack Johnson
Stay alive de Jose Gonzales
Happy Pills de Norah Jones
Accompagné d'un verre de Chardonnay 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire