Atelier d'écriture #261 de Bric à Book | Silhouette des ruelles

Chaque semaine, Leiloona du blog Bric à Book organise un atelier d'écriture. Le principe : à partir d'une photo, sélectionnée une semaine à l'avance, proposer un texte au ton et genre de notre choix. De quoi éveiller notre imagination :-)



Claque ses talons sur les pavés, dépravés. Silhouette des ruelles, bureau ouvert sur macadam. Regardez ses jambes, non son visage puisque voilée.

Elle est une reine errante, sans papiers ni toit fixé. Ça ne fait rien dans ce pays, rare sont les jours où bat la pluie. 
Elle vit d’opium et perd la tête pour mieux donner sa langue aux chastes. Regardez-la percher sur ses talons, grimpe-rideaux. 
Elle catin, fille de joie foule les pavés, dépravée pour quelques rials iraniens. Qu’aurait-elle bien pu faire d’autre elle la souillée des (l)armes blanches d’un homme aimant les jeunes filles ? Condamnée dans l’illégalité à traîner des pieds.

Fille de joie voilée de violence voit défiler les hommes dans ces lieux abandonnés, infidèles à leur femme, infidèles à leur Dieu. Moutons humains, ses seins entre leurs mains, la bouche ouverte avale leurs saints. 
Terrain miné, pour être en paix il faut dénoncer ces catins considérés chiennes de rue. Terre de feu, la foule se réunira sous un soleil brûlant où ce pauvre pécheur Mollah l’immolera.
Silhouette des ruelles, fleur de jouissance, la beauté s’envolera avec sa foi. Elle dormira une nouvelle fois à la belle étoile, et dans un dernier cri maudire ces hommes au croissant de lune.

Dors, dors belle beauté, le paradis te tend ses bras. Pardonne ces fous, pardonne leur « Dieu » et leurs peurs sacrifiées.

© Amandine - L'ivresse littéraire

Commentaires

  1. Chair de poule en te lisant... Que d'émotions ! Une pensée pour toutes ces filles, ces femmes sacrifiées. On sent ta colère, j'y joins la mienne ... Bises et belle semaine !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci ma chère Nath. Oui une pensée pour toutes ces femmes qui n'ont parfois pas le choix et qui par ces mêmes hommes sont menacées...
      Bises bonnes vacances à toi.

      Supprimer
  2. Texte impressionnant tant la belle langue décrit des choses affreuses, mais ... je ne sais comment le dire ... une sorte de symbole mythique émane de ce texte. Très joli, oui, de belles images. Fortes.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Touchée surtout venant de toi (comme j'ai cru comprendre qu'en plus tu allais dépasser le maître :p)
      Merci beaucoup Leiloona pour ton retour.

      Supprimer
  3. Je rejoins le début du commentaire de Leil, ton texte m'à bluffée ! Tes mots sont beaux, ta plume est chantante pour décrire des moments durs pour ces femmes mais ton recul est là. Bravo ! Nady

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oh merci Nady, tu n'imagines pas comme je suis ravie que ce texte ait fait cet effet car j'y ai mis beaucoup de coeur, de colère pour l'écrire. J'ai repensé au roman de Chahdortt Djavann en l'écrivant…

      Supprimer
  4. L'horreur et la violence de contrées pas si éloignées; même si ton texte est fictif il nous questionne sur toutes ces abominations.

    RépondreSupprimer
  5. Très beau texte L'Ivresse plein de rage et de haine, non pour ces femmes mais pour leurs bourreaux et ceux qui en profitent. C'est très bien écrit. Bravo.

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire