Je me suis tue de Mathieu Menegaux : premier roman coup de maître

Mathieu Menegaux
Paru en poche aux éditions Points en janvier 2017
144 pages

Lu dans le cadre de la sélection du prix du meilleur roman des lecteurs Points ce livre est une bombe qui vous explose en plein visage, oui c’est rude, mais tellement réaliste.


Claire, la quarantaine, est en prison depuis deux ans, elle est en attente de son jugement, de cette sentence irrévocable. Une attente qui devient de plus en plus insupportable. Alors c'est décidé, elle reprendra sa liberté, se fera la belle. Avant de passer à l’acte, elle décide de raconter aux lecteurs son histoire, le pourquoi de son enfermement, quelle femme elle est ou plutôt elle était car la prison change un être.
On découvre donc que Claire est une femme brillante, qui mène une carrière parfaite, marié à un homme aimant. La vie parfaite pour accueillir le bonheur. Seule ombre au tableau, l’absence d’un enfant, ce manque viscéral qui nuit à leur épanouissement.
Qu’a-t-il bien pu se passer pour qu’elle se retrouve en prison ? De quel acte est-elle accusée ?


Je ne peux vous en dire plus, car vous en dire davantage reviendrait à vous révéler l’histoire, mieux vaut le lire pour le vivre. Notez simplement cet avertissement : une fois la première page ouverte vous ne pourrez plus lâcher ce roman aussi dérangeant soit-il.
Mathieu Menegaux embarque le lecteur dans une spirale infernale autour de sa narratrice. Il s’infiltre dans l’esprit de Claire avec une dextérité déconcertante, mais réussit à en faire tout autant avec le lecteur. Chaque mot, chaque pensée sont savamment choisis donnant à cette sombre histoire fictive des allures de réalité glaçante. L’intimité de cette vie de couple à travers la voix de Claire est passer au peigne fin sans pudeur ni détour pour amener le lecteur à pénétrer dans cette terrible tragédie humaine. On se demande pourquoi, comment. Puis on prend conscience qu’un choix en entraîne fatalement un autre et ne laisse plus la possibilité de revenir en arrière. L’affaire d’une décision pour tomber dans un engrenage sans fin.
Les confessions de Claire sont si réussies que l’on a parfois tendance à oublier qu’il s’agit d’un homme qui écrit ce récit. Pour renforcer cette impression d’écriture féminine, et pardon s’il s’agit d’un cliché, l’auteur y glisse nombre de références musicales (Barbara, Julien Clerc, Nougaro ou encore les Beatles …) ou littéraires (Delphine de Vigan, Marta Hillers …) qui viennent s’immiscer dans la construction d’une idée et qui y trouvent superbement leur place.

Je me suis tue

Âmes sensibles soyez prévenues, Je me suis tue est une fiction tout simplement bouleversante, angoissante. Plus d’une fois j’ai eu des haut-le-cœur entre dégoût, colère, incompréhension et compassion. Mais peut-on seulement se permettre de juger ? Faut-il être un monstre pour commettre un acte impardonnable et monstrueux ? Une personne sans problème ne peut-elle pas dérayer pensant simplement protéger sa famille, sa vie ? Vastes questions que Mathieu Menegaux nous amène à nous poser à travers ce premier roman coup de maître.


Commentaires

  1. J'avais aimé la construction fort habile de ce roman. En revanche, je n'ai pas vu l'intérêt des extraits de chansons, que j'ai trouvé artificiels et inutiles. Cela ne m'avais pas empêché d'apprécier la lecture.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ai l'impression que beaucoup ont le même ressenti que toi sur les extraits de chansons. Peut-être y ai-je été plus sensible car le moindre mot, ou la moindre suite de mots engendre chez moi une référence musicale (ce qui est très pénible pour mon entourage ...).

      Supprimer
  2. Une envie : lire ce livre. Tu m'as totalement convaincue. J'aime les livres qui me font réfléchir pendant des heures et m'empêchent de dormir (oui je suis bizarre !) et je sens que celui-là a du potentiel !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui il a du potentiel. Il est vraiment dérangeant mais mené d'une main de maître. Tu me diras si tu le lis, j'aimerais avoir ton ressenti :)

      Supprimer
  3. Me voilà plus qu'intriguée. Je ne m'étais jamais arrêtée mais là, ton billet pique ma curiosité. Je note!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah si tu es intriguée, j'ai réussi une partie du job alors ;-)
      Les avis sur ce roman sont très mitigés et animés notamment dans le jury du PMR des lecteurs de Points. J'aimerai beaucoup avoir ton avis dessus.

      Supprimer
  4. Totalement le genre de livres dont j'ai envie en ce moment. Je pense que je ne vais pas tarder à me le procureur :)

    RépondreSupprimer
  5. Grâce à toi il remonte dans ma PAL et zouu au-dessus :)

    RépondreSupprimer
  6. Tout le monde n'en dit vraiment que du bien. Je compte bien le lire rapidement

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je pense que si tu aimes le style dérangeant et qui bouscule du Leïla Slimani alors tu apprécieras ce roman.

      Supprimer
  7. Très jolie chronique Amandine, cette spirale infernale tourbillonnant autour de cette femme et ses choix devenus irréversibles sont autant d'éléments qui confèrent à ce thriller psychologique une dimension oppressante jusqu'à la claque finale. Tout simplement grandiose, bravo Monsieur MENEGAUX !

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire