Beaux rivages de Nina Bouraoui : le deuil amoureux à l’heure du 2.0

Beaux rivages
Paru aux éditions JC Lattès en août 2016
252 pages

« Parfois je me demande si le bonheur existe, s'il existe vraiment, ou si nous en avons juste l'impression, la sensation, comme si quelque chose s'arrêtait en nous et que nous nous regardions à l'intérieur en nous disant : je suis heureux, je suis heureuse, je peux l'affirmer car je le ressens, dans mon corps, sous ma peau, ça pulse, file, c'est du flux qui se propage ; mais c'est juste un moment, un instant, un très court instant, comme si tous les sens étaient réunis, en alerte, pour éclairer ce bonheur si fragile qui n'existerait que dans son vol, quand il vient à nous, nu dans la lumière, comme une apparition avant de s'enfuir. »

Qui n’a jamais eu le cœur brisé par ce prince charmant ayant foutu le camp avec la belle au bois dormant (toute ressemblance avec une célèbre chanson est fortuite ...) ?
Adrian vient de quitter A. après huit années d’amour. Il l’a quitté pour une autre femme. Beaux rivages c’est la description de ce qui se passe lorsqu’on a le cœur brisé. Qu’importe l’âge, qu’importe que l’on soit un homme ou une femme. C’est universel et ça nous brise.
Mais ce roman c’est aussi la reconstruction de soi au moment où l’on s’y attend le moins et qui permet, au moins un temps, de tremper de nouveau ses lèvres dans une sorte de bonheur. 



On pourrait penser que ce roman est un énième roman d’amour ou plutôt de rupture amoureuse, un de plus dans le paysage littéraire et pourtant ce n’est aucunement le cas. Nina Bouraoui décortique avec précision les sentiments que tout être humain ressent lorsqu’il perd une partie de soi, surtout lorsqu’il ne s’y attend pas mais le tout sans pathos ni pleurnicheries.
Beaux rivages c’est une longue descente aux enfers, lucide mais incontrôlable. Et c’est surtout l’analyse de la rupture amoureuse à l’heure de la digitalisation. A. est complètement obsédée par celle qu’elle appelle « l’Autre », elle épie le moindre nouvel article sur son blog, le moindre signe qui pourrait lui redonner confiance en un avenir avec Adrian. Elle expie sa peine auprès de ses amis mais rien ne la soulage, pas même sa psy. C’est à elle et à elle seul d’affronter ce deuil et cette guérison. 

« Par expérience, je savais qu’il valait mieux être celle que l’on a trahie plutôt que celle qui a trahi. La société préfère les vaincus aux vainqueurs, les âmes perdues aux esprits triomphants. »

Ce roman est pour moi un livre qui se vit pleinement. On est littéralement pris dans le tourbillon de la détresse avec l’héroïne. Il faut le lire pour comprendre toute la beauté qu’il comporte. Oui car dans cette tragédie il y a de la beauté. Chaque rupture, aussi difficile soit-elle, apporte une force supplémentaire, une force nécessaire pour continuer à vivre. Et A. quoi qu’elle en pense est une force de la nature. Quand « l’Autre » vous humilie à travers son blog, quand l’ex vous fait croire que peut-être, éventuellement, tout n’est pas fini, il faut faire preuve d’une force incroyable pour ne pas déchanter encore plus. 

« J'ai souvent pensé que ma capacité à souffrir était égale à ma capacité à aimer. Que chacune de mes larmes répondait à chacun de mes rires. Que chacun de mes tourments répondait à chacune de mes convictions. Que chacune de mes craintes répondait à chacune de mes certitudes. Que ma peine glorifiait ma joie. Que ma défaite honorait ma victoire passée. (...) En perdant, j'ai appris à reconquérir, non l'autre, un autre, mais toutes les parts de mon cœur pulvérisé. »

Et que dire de l’écriture … Nina Bouraoui a une plume précise, fluide, remarquable et sensible. A travers de longues phrases, toute l’élégance littéraire s’en ressort. Et on se sent happer par le bouleversement de A., l’écriture est tellement rythmée que l’on a une sensation d’oppression et pourtant on ne peut lâcher ces pages intenses, douloureuses mais nécessaires. 

Voilà pour moi un roman nettement réussi, que l'on avale d'une traite. Je vous le recommande sans tarder, il raisonnera en chacun j’en suis certaine.

Commentaires

  1. Tu me donnes envie de le lire. La rupture amoureuse fait partie de ces thèmes éternellement décris par la littérature mais dont on ne se lasse pas (pas moi en tout cas ^^). Les extraits que tu proposes donnent envie de découvrir la plume de l'auteur. Je note !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est une thématique que j'aime beaucoup aussi mais qui parfois me lasse car trop de naïveté, de niaiseries, ou de pathos avec parfois un happy-end plus que moyen. Ici ce n'est pas le cas, c'est la souffrance de tout être humain qui est mise en lumière et la description si précise des sentiments. Note-le et surligne-le même :)

      Supprimer

Enregistrer un commentaire