Atelier d'écriture #238 de Bric à Book | Carnet rouge

Chaque semaine, Leiloona du blog Bric à Book organise un atelier d'écriture. Le principe : à partir d'une photo, sélectionnée une semaine à l'avance, proposer un texte au ton et genre de notre choix. De quoi éveiller notre imagination :-)


© Julien Ribot


Carnet rouge

Perdue dans la ville, j’erre comme un vieux cabot. Je ne sais pas où je vais et qu’importe. Il faut juste que j’arrête de penser. Je pénètre dans un lieu inconnu, un lieu abandonné. Comme moi. Une ancienne piscine taguée de toute part, il est beau ce lieu. Comme nous.

Cette nuit fut la dernière, notre amour raisonne comme un écho lointain désormais. J’aurai voulu que tu me retiennes. Croire un peu. Mais moi pauvre folle, je brûlais comme on s’immole à coup de baisers.
J’ai espéré, mais quoi au juste ? Un mot probablement car ils n’ont d’incidences que prononcés. Je sais bien … on n’a jamais su se parler, ni de silence, ni de syllabes.  
J’ai raturé des lignes, et arraché des pages. Bien plus qu’il n’en faut pour retenir les larmes. J’y ai cru, ah ça oui j’y ai cru. A ma façon.
Je voulais marcher sur l’eau, mais tu n’as rien compris, toi. Au fond, je crois que je ne t’en veux pas, à moi non plus d’ailleurs. C’est arrivé comme ça, on ne peut éviter l’inévitable. On a simplement raté le coche, et laissé nos mains se délier.  
Peau contre peau, on pouvait se sentir deux, mais une fois l’étreinte envolée, plus qu’un, plus rien. Ta peau contre la mienne, c’est tout ce qu’il reste. Mais je sais bien que ça aussi, ça finira par disparaître. 

Assise sur le plongeoir numéro 2, les larmes roulent sur mes joues. Il faut juste que j’arrête de penser. 
Je referme mon petit carnet rouge sur lequel j’aime tant griffonner ces moments de vie grappillés. Il était temps de te griffonner toi aussi. 

17h30, le soleil se couche. Je pose mon carnet rouge et prends une grande respiration. Je rebrousse chemin jetant un dernier regard sur ce lieu désaffecté. Comme notre amour.  
Ce décor sera mon renouveau. Il y aura d’autres carnets rouges… 

Commentaires

  1. Mais quel joli texte ma belle ! J'aime beaucoup. De très beaux passages. Le vide du lieu qui fait écho au vide du coeur. Bravo.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci ma poulette. C'est exactement cela le vide qui fait écho, j'ai d'ailleurs failli intitulé le texte "comme un écho" j'aurai peut-être dû.

      Supprimer
  2. Je suis bien d'accord! Une rupture fort poétique, émouvante, de belles images. Une belle analogie aussi. Bravo!

    RépondreSupprimer
  3. On se sent bien dans les lieux qui nous ressemblent. Au fond, ton texte l'exprime parfaitement. Bravo!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Un lieu mélancolique pour une femme qui aime la mélancolie :) Merci Pierre

      Supprimer
  4. Un texte qui fait un peu écho au mien, comme quoi un lieu désaffecté évoque aussi le manque... la fin de quelque chose qui a été vivant...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est vrai, comme quoi un lieu désaffecté peut évoqué l'amour..

      Supprimer
  5. Un texte que j'ai trouvé très romantique. J'ai vu une héroine un peu immature, probablement très jeune. Avec ses carnets rouges, qui sait, peut-être deviendra-t-elle un écrivain de talent ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Adèle, oui lorsque j'ai écrit ce texte je l'ai imaginé de la sorte : une jeune femme sortie de l'adolescence, pas encore totalement dans la vie adulte et qui perd ce qu'elle considère pour son âge être son premier amour.
      Pour ce qui est de sa carrière qui sait, ce serait là une bien jolie voie ;-)

      Supprimer
  6. une rupture qui laisse place à plein d'optimisme et ça j'adore !
    "on n’a jamais su se parler, ni de silence, ni de syllabes... Je referme mon petit carnet rouge sur lequel j’aime tant griffonner ces moments de vie grappillés." : une partie que j'adore tout particulièrement...
    Merci ! Nady

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oh merci Nady ! La fin d'une histoire est parfois le commencement d'une autre encore plus belle :)

      Supprimer
  7. C'est vrai qu'il faut savoir tourner la page et écrire de nouvelles aventures ! Joli texte :-)
    Manue

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. La vie est une aventure, de la nostalgie oui mais des regrets non :-)
      Merci Manue de m'avoir lu

      Supprimer
  8. oh. j'adore cette histoire de carnets rouges (moi qui les collectionne pour écrire dedans...)
    "tant pis, j'aimerai la prochaine..." qui ne s'est jamais dit cela ?
    :-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. L'amour nous en fait nous dire des choses .. :-)
      Merci pour votre passage Le Mexicain jaune.
      PS : j'ai également un faible pour les carnets rouges.

      Supprimer

Enregistrer un commentaire