Pardonnable, impardonnable de Valérie Tong Cuong : le tumulte d’une famille moderne

Valérie Tong Cuong
Paru aux éditions J'ai Lu en mars 2016
320 pages

C’est grâce à la charmante Virginie Vertigo que j’ai pu découvrir cette pépite de Valérie Tong Cuong sur mon transat cet été. A mon tour, je vous invite à vous le procurez d’urgence.



En quelques mots 

Quoi de plus ennuyant l’été que de réviser son anglais ou encore son histoire quand on s’appelle Milo et que l’on a douze ans ? Ainsi,  sa tante Marguerite va l’emmener se balader en vélo. Un défi les attend : descendre le plus rapidement possible une pente sur un petit chemin tortueux dans les bois. C’est l’accident … Milo se fracasse le crâne contre le sol. La descente aux enfers commence.


Cet événement malheureux va ainsi faire éclater toute la famille, tous les non-dits et toutes les rancœurs vont ainsi remonter à la surface.
Valérie Tong Cuong nous dévoile les confessions, les colères et les blessures de Marguerite, Céleste (la sœur de Marguerite et maman de Milo), Lino (le père de Milo et mari de Céleste) et Jeanne (la grand-mère de Milo et mère de Céleste et Marguerite).
Chacun cherchera un coupable à ce malheur, chacun cherchera surtout à ne pas être responsable de cette tragédie. Mais le temps du bilan s’impose et peu à peu chacun prendra conscience de son rôle dans ce chaos familial. Et si le pilier de cette famille était le jeune Milo ?


Mon avis


« Nous voyons ce que nous avons besoin de voir, ce que nous voulons voir. Ou plutôt, nous voyons ce que nous sommes capables de supporter. Le reste, on le modifie, on l'efface. »

Tout au long de cette lecture, j’ai été partagée entre le sentiment d’égoïsme profond de ces personnages et leur délicatesse pour préserver cette famille qui traîne, n’ayons pas peur des mots, de bien tristes casseroles aux fesses. Valérie Tong Cuong met des mots sur les maux, fait la lumière sur ces blessures enfouies au plus profond de ses personnages (et indirectement parfois de nous-même). Tout y est décrit à la perfection : chaque sentiment, chaque colère, chaque douleur. Il est impossible de rester insensible aux pensées de ces quatre protagonistes. 

Certes, il y a déjà eu pléthore de récits sur les secrets de famille et les non-dits mais Pardonnable, impardonnable est tout simplement bouleversant, à la fois âpre et tendre
Construit en cinq parties - sur le principe des phases du deuil ou encore de la rupture - et en roman choral, l’auteure dessine un récit sans cesse en mouvement. Chaque page s’accompagne d’un nouveau rebondissement qui engendrera la suite des événements, ce qui rend clairement le lecteur accro jusqu’aux dernières pages et le fait se questionner : peut-on tout pardonner même à sa famille ?
Mais au-delà du pardon et de son rôle, l’auteure met en exergue la difficulté de communication entre les êtres que ce soit par peur, par égoïsme, par fierté ou par stature sociale. Et si l’amour d’une famille valait mieux que toutes ces déchirures ? Car Pardonnable, Impardonnable est avant tout un roman sur l’amour.

« Mais moi, aurais-je dû t’aimer simplement parce que tu sortais de mon ventre ? Aurais-je dû t’aimer envers et contre tout, contre la trahison, l’abandon et le mensonge ? Contre le désespoir ? Est-ce que je ne méritais pas moi aussi qu’on me protège, qu’on me défende, qu’on me soutienne ? Qui peut fabriquer des sentiments à partir du néant ? »

Bref, vous l’aurez compris c’est un livre qui m’a touché personnellement et en plein cœur. Et je ne vous cache pas que j’ai longuement pleuré à la lecture des dernières pages !

Commentaires

  1. Réponses
    1. Tu peux c'est vraiment une superbe découverte :)

      Supprimer
  2. Il est dans ma liste d'envie. J'ai très envie de le lire. En attendant, j'ai Providence de la même auteur qui attends dans ma pile à lire.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah je ne connais pas celui-ci de l'auteur je vais aller voir. Pour ma part il faut que je me procure "L'atelier des miracles". J'ai vraiment envie de me pencher davantage sur les romans de Valérie Tong Cuong.

      Supprimer
  3. Je ne connaissais pas ce roman, mais je le note. Tu en as tellement bien parlé que tu m'as donné envie de le lire.

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Articles les plus consultés