Et si on parlait de ... ma première rencontre auteur/lecteur

Cette semaine pas de Hello week-end par manque de temps mais promis on se rattrape la semaine prochaine ! 


En attendant, il me tenait à cœur de partager avec vous ma superbe (comprenez ratée) expérience de rencontre auteur/lecteur.


Pour celles et ceux qui me connaissent et avec qui j’ai eu l’occasion de discuter vous savez que je suis une grande timide. Ce qui m’avait jusqu’à aujourd’hui empêcher d’aller à la rencontre d’un écrivain sur des salons ou lors de leur tournée de dédicace.

Pour vous dire, je suis une grande fan de Gilles Legardinier et lorsqu’il est venu à Lille, je me suis prétextée à moi-même que je ne pouvais pas y aller au vu du créneau horaire. J’avais donc inventé tout un stratagème qui consistait à demander à ma collègue de transmettre le dit-livre à dédicacer (accompagné d’un petit mot bien sûr) au responsable événementiel du Furet du Nord pour que ce dernier le transmettre à Gilles Legardinier (non je ne suis pas barge ou alors un peu).
Bref vous l’aurez compris ça me colle une trouille bleue. J’ai pourtant déjà échangé avec ce même auteur par mail ou avec d’autres auteurs via les réseaux sociaux mais le virtuel est tellement plus facile !

Il y a un mois j’apprends la présence de David Foenkinos au Furet du Nord, ni une ni deux, je me suis dit « allez ma vieille cette fois-ci tu prends ton courage à deux mains et tu vas poster ton popotin devant lui. C’est bien beau de chroniquer des romans mais faut passer à la vitesse supérieure maintenant ! » (oui oui je me parle de cette façon). En plus, pas d’excuses puisque c’était entre 12h et 14h pile durant ma pause (s’en doutait-il ? haha). 

27 mai 2016 : je franchis le seuil de la librairie à 12h, David Foenkinos est là au rez-de-chaussée, il discute avec les organisateurs. J’ai une folle envie d’aller lui parler avant tout le monde, genre VIP (« ouais dans tes rêves ma vieille »). Mais … je continue tranquillement ma route et me dirige vers l’espace rencontre (« gros boulet » - il me paraît essentiel de vous faire part des commentaires de cette petite voix si gentille en moi -).

Quelques minutes après, la conférence démarre. Je découvre un David Foenkinos identique à l’image que j’en avais : simple, drôle et accueillant. 
Il revient sur son précédent ouvrage Charlotte dont il parle avec une véritable passion et nous confie l'adaptation cinématographique en projet (entre autres livres). Puis il enchaîne avec Le mystère Henri Pick en nous contant nombre d'anecdotes très drôles autour de celui-ci. Un roman que je n’ai pas encore lu mais que j’ai bien sûr acheté la veille de la rencontre malgré un compte en banque hurlant à la mort (barge je vous le dis !).
Vraiment un auteur agréable à écouter et que l’on sent passionné.

Le temps de l’échange arrive et là je pense que tout le monde était plutôt impressionné, seules deux personnes ont osé parler, et … pas moi bien sûr (alors que j' avais pleins de questions en tête). 
Après cela je suis allée faire dédicacer son dernier roman. Grand moment de solitude ! Je pense que je suis devenue rouge comme un champ de coquelicot (ah si si carrément !), j’ai baragouiné quelques mots, je pense, entre nous, qu’il n’a rien compris tant ma voix fut si peu audible. « Et la photo ? » me direz-vous, je n’ai pas osé non plus ! Je suis repartie avec mon livre dédicacé et cette impression d’être un phare au milieu de la nuit.

Une drôle d’expérience, vraiment, je ne sais pas si pour vous la première rencontre a été aussi troublante mais j’en ressors mitigée, recommencerai-je ? Certainement, je me dis qu’il faut peut-être le temps …



Et vous comment avez-vous vécu votre première rencontre auteur/lecteur ?  Et aujourd’hui comment cela se passe-t-il pour vous ? 


© Amandine

Commentaires

  1. J'avoue que je ne porte aucun intérêt à rencontrer les auteurs...

    RépondreSupprimer
  2. Je te comprends car j'ai été comme ça pendant longtemps. Maintenant ça va bien mieux même si j'ai toujours un petit trac (et je rougis peut-être un peu aussi sûrement). Ma première rencontre ça avait été avec Amélie Nothomb et j'avais été complètement tétanisée. Elle a d'ailleurs senti le malaise et me souriait pour tenter de me détendre je pense. Bref, une cata ! LOOL Maintenant j'arrive à leur parler, à dire ce que j'ai aimé dans le roman etc. C'est en forgeant qu'on devient forgeron ! ;-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Me voilà rassurée c'est bon de savoir qu'on est pas seule et que cela "s'acquiert" :-)
      Merci pour ce retour d'expérience

      Supprimer
  3. Courage ! Tu vas y arriver j'en suis sûre ! Et dis toi que les auteurs doivent être aussi nerveux. Cela doit être difficile d'affronter la foule et de s'exposer directement au public :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci pour ton message Christelle :)
      Je retenterai une prochaine fois on verra bien ce que ça donnera haha

      Supprimer
  4. J'avoue qu'au début, j'avais beaucoup de mal à leur parler, et ça sortait à peu près de la même manière. La première fois, j'avais attendu deux heures pour me faire dédicacer un livre de Sophie Audoin Mamikonian, et j'ai à peine réussi à lui dire bonjour tellement j'étais impressionnée. Aujourd'hui ça va beaucoup mieux, je suis allée jeudi dernier à un festival et j'ai pu discuter seul-à-seule avec un auteur génial, à qui j'ai pu poser des questions et c'était très sympa, il ne faut pas abandonner maintenant :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je vois que tout le monde est plus ou moins passé par là. J'espère vraiment être capable de mettre de côté cette timidité pour en profiter pleinement.

      Merci pour ce retour d'expérience en tout cas.

      Supprimer
  5. oh que je te comprends! Pour ma part, je n'ai rencontré que Jean d'Ormesson (en tant qu'auteur), et je fus incapable de lui parler (en même temps, c'était la cohue). J'ai rencontré d'autres artistes (par le plus grand des hasards), et à chaque fois, c'était la même chose. Je suis incapable de parler, et je me demande toujours ce que je fous ici aha ! Bref.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Non ? Alors ça ! Si j'avais dû parier sur quelqu'un qui ne rencontrait pas ce genre d'appréhension j'aurai certainement parier sur toi. Comme quoi ^^
      C'est vraiment compliqué, en plus j'ai l'impression que si je pose une question ou dit quelque chose je serai la 1500ème personne à le demander ou le dire haha.

      Supprimer

Enregistrer un commentaire